Bien vivre en temps de Covid-19

Bien vivre en temps de Covid-19

En cette période de confinement à la maison, nous sortons de notre zone de confort ; de nos repères habituels. Nous sommes tous amenés à vivre des variations au niveau émotionnel. Combiné au stress, aux enfants présents qui demandent et ont besoin, au changement de routine, au fait d’être restreints et tout ce que la situation actuelle exige en surplus, c’est un beau mélange explosif ! Certains comportements, tels que l’impatience ou l’irritabilité pourraient être projetés sur les gens les plus proches ; enfants, conjoint(e), famille, collègues, etc. Voici donc quelques suggestions et des ressources pour vous accompagner dans votre adaptation.

Pour une meilleure adaptation au télétravail et pour diminuer le risque de tensions :

 

  • Déterminez un espace de travail bien à vous dans votre maison ou votre appartement ;
  • Inscrivez des moments où vous ne voulez pas être dérangé ;
  • Donnez-vous des moments pour le travail et des temps pour vous personnellement afin de décrocher ;
  • Prenez des pauses d’écran pour la santé de vos yeux, de votre posture et de votre mental ;
  • Restez en contact avec vos collègues et rappelez-vous que la communication verbale peut être plus complète que l’écrit et qu’elle évite les malentendus ;
  • Diminuez vos exigences envers votre travail. C’est une période d’adaptation pour tous et l’efficacité peut être diminuée ;
  • Si vous sentez du stress ou des émotions se pointer le bout du nez, prenez le temps d’être en contact avec ce qui se passe à l’intérieur de vous. Prenez du recul, respirez profondément, exprimez-vous à quelqu’un ou trouvez un autre moyen constructif qui vous convient : écrire, marcher, faire une activité physique ou un sport (aussi simple que monter et descendre les marches), peindre, etc. ;
  • Accordez-vous de petits plaisirs et savourez-les. Par exemple : écouter de la musique, chanter, danser, lire, prendre un repas ou un dessert à son goût (attention aux excès), parler à un ami, créer, inventer, etc. ;
  • Si le travail est au ralenti, c’est peut-être le moment de faire ce que vous n’avez jamais le temps de faire comme épurer ;
  • Pratiquez la pleine conscience, c’est-à-dire prendre le temps de vivre le moment présent et s’arrêter pour apprécier ce qui est là.

 

Pour diminuer l’anxiété liée au coronavirus

Ce qui aide à diminuer l’anxiété et augmenter la confiance, c’est le sentiment d’avoir un certain contrôle sur la situation et en soi. Regardons ce sur quoi nous avons du contrôle :

 

  • Pratiquer les mesures de prévention et de contrôle recommandées par l’Institut national de santé publique du Québec.
  • Diminuer les contacts avec les personnes ou les médias qui transmettent des informations à caractère dramatique ou alarmiste et s’informer sur des sites reconnus qui contiennent des informations scientifiques.
  • Reconnaître les expressions qui augmentent la peur et les remplacer par des expressions réalistes. Par exemple, au lieu de dire : « c’est une situation grave », on peut relativiser et s’appuyer sur des faits : « c’est une situation qui préoccupe les autorités sanitaires qui veulent être en mesure d’offrir les services nécessaires aux personnes qui en auront besoin ».
  • Faire parler notre petite voix intérieure qui peut relativiser et prendre de la distance avec l’émotion telle la frustration en se ramenant au moment présent et se demander : « qu’est-ce que je peux faire maintenant ? » Par exemple : je peux mieux respirer pour m’apaiser, je peux aller prendre l’air pour me changer les idées ou regarder des vidéos humoristiques.
  • Regarder les statistiques de façon réaliste et positive. Par exemple : il y a eu X nombre de personnes atteintes, sur combien en tout. Et X nombre de personnes non atteintes et de guéries.
  • Prendre des pauses de l’information en continu sur l’évolution de la situation afin de décrocher et d’avoir du plaisir. Le rire et le plaisir sont de puissants facteurs de protection du point de vue physique et psychologique.
  • Croire et s’alimenter d’espoir pour favoriser la confiance et la résilience. Par exemple : lire des articles encourageants comme ceux portant sur la situation qui s’améliore en Chine.
    Pour aider au niveau familial
  • On peut faire un conseil de famille pour se donner des moments pour parler et échanger. Dès l’âge de trois ans, les enfants sont en mesure de participer. Il faut juste adapter le temps de paroles et diminuer nos exigences d’adultes. Cela peut se faire à l’heure du souper où chacun partage son vécu de la journée.

Il peut être intéressant aussi de faire un « debriefing » (faire le point) sur ce que chacun a entendu sur le Covid-19, les peurs associées (les normaliser) et rectifier les propos alarmistes pour amener des aspects positifs.

Comme tous les membres de la famille sont confinés ensemble, il est important que chacun puisse avoir un moment seul, un espace à lui. Sinon, on risque de « s’arracher les cheveux ! ».

Je suggère de dire aux enfants qu’en ces temps-ci, nous avons tous besoin les uns des autres et que chacun doit faire un effort pour aider à la bonne entente et de se le dire quand on voit des signes de stress ou de fatigue chez l’autre. Et quand cela arrive, chacun peut avoir besoin de se retirer pour se gérer : marcher et respirer, dessiner dans sa chambre, faire du yoga dans son bureau, etc.

Se donner une routine va favoriser le sentiment de sécurité également. Et alterner entre activité physique et activité calme afin de favoriser le sommeil et le calme intérieur.

Voici des liens utiles pour la famille :

 

Yoga en ligne gratuit

Naître et grandir 

Allo Prof 

Parler du coronavirus aux touts petits 

 

Si le stress déborde et que vous ne vous comprenez plus ou que vous avez juste besoin de ventiler un peu ou d’avoir du soutien, je vous invite à communiquer avec un professionnel de la santé.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.